Pour s’assurer correctement l’étape cruciale est de bien évaluer ses biens !

La souscription d’une assurance multirisque habitation n’est pas une opération à prendre à la légère que vous soyez locataire du logement ou propriétaire. Il en va de même pour le choix des garanties et l’assureur. Ainsi, sachez que pour  garantir efficacement  l’indemnisation de son patrimoine en cas d’éventuel sinistre,  le demandeur doit bien évaluer  ses biens à assurer.

Pourquoi est-il important d’évaluer ses biens ?

Dans la souscription d’assurance habitation,  le niveau de garantie de dommage aux biens en cas de sinistre varie certes en fonction de chaque contrat et de l’assureur. Cependant, les caractéristiques de l’habitation à assurer et la valeur des biens qu’elle renferme sont déterminantes pour le calcul du montant de la cotisation d’assurance. Ainsi, plus les biens sont valeureux plus la cotisation demandée sera élevée et donc le plafond maximum d’indemnisation devrait être à la hauteur pour rembourser les biens endommagés ou disparus suite par exemple à un incendie ou cambriolage. Par conséquent, la plupart des assureurs de multirisque habitation, comme chez MAAF, imposent  à leur client de mieux évaluer ses biens et de leur déclarer la valeur exacte au moment de la signature de contrat.

Comment évaluer ses biens ?

Bien évaluer ses biens signifie réaliser une inventaire des biens en veillant à leur juste valeur dans le but de trouver le bon compromis entre cotisation abordable et indemnisation satisfaisante en cas de dégâts. Ainsi, pour l’évaluation des biens immobiliers, le propriétaire doit tenir compte de la situation du logement, le nombre de pièces et les dépendances (garage, grenier et cave). Tandis que pour les biens mobiliers,  il faut recenser pièce par pièce les appareils électroménagers, les matériels informatiques, les vêtements et linges, les livres, etc. L’assuré doit également évaluer ses biens rangés à la cave ou au grenier si la garantie les inclut. Cependant, pour calculer la valeur des objets  précieux comme les bijoux  et les œuvres d’art, qui font souvent l’objet d’un contrat particulier,  il vaut mieux faire appel à un expert ou un commissaire priseur.

Qu’est ce qui se passe si l’assuré fait de fausses déclarations de biens ?

L’évaluation des biens demande une précaution pour qu’elle soit exacte. Ainsi, même si la valeur déclarée à l’assureur n’est pas exacte, l’approximation doit être la plus proche  du réel que possible.  Car sinon,  toute fausse déclaration  ou omission d’informations concernant les biens à assurer peut avoir un impact sur le contrat notamment au niveau du remboursement.  Par ailleurs,  sil’assureur remarque et arrive à prouver que son assuré triche volontairement (pour bénéficier d’une indemnisation supérieure à la valeur des biens par exemple) lors de la souscription, il considérera le contrat comme nul.

Existe-t-il des assurances habitations adaptées aux jeunes et aux étudiants ?